Il faut que tout change pour que rien ne change.

Sep 12, 2018

6 ans déjà! Petit à petit, Monsieur London grandit et l’équipe se rend compte que nous ne vous avons pas donné de nouvelles depuis plus de 2 ans. Cet Almanach commence à ressembler à l’open space d’un big 5 au lendemain de la victoire de la France à la Coupe du monde! Shame on us! Il est grand temps de rectifier tout cela et de partager avec vous les évolutions de Monsieur London de ces dernières années.

Avant toutes choses, petit tour des présentations : Bertrand. Après trois années passées entre un cabinet d’avocat et un groupe de mutuelles, j’ai eu l’opportunité de rejoindre le développement de Monsieur London. Présent aux côtés des fondateurs depuis septembre 2015, j’ai pris la responsabilité de les accompagner dans la gestion au quotidien de la marque. C’est avec plaisir que je vous ferais part dans cet article des efforts accomplis par l’ensemble de l’équipe au cours des 3 dernières années.

 

Septembre à décembre 2015 : Le temps des constats et des décisions

Petit retour en arrière. Nous sommes en septembre 2015, Monsieur London est distribué sur les marchés des grands palaces londoniens et sur internet, le temps des boutiques éphémères a permis de faire de belles rencontres et de nouvelles opportunités de collaborations s’ouvrent aux fondateurs. Il est temps maintenant de faire le point et de passer le cap fatidique des 3 ans.

Réunis dans notre salle de réunion officielle de l’époque (la cuisine de l’appartement que nous partagions avec Valentin entre Whitechapel et Shadwell), les idées fusent et nous arrivons à trois constats : 

- Monsieur London est, avant tout, une marque d’accessoires pour hommes

- La distribution d’une marque est un métier à part entière

- Développer une entreprise impose de faire des choix

Sur cette base, nous prenons la décision d’investir une partie des ressources dans la création d’un concept store multimarques avec l’aide d’APTO, d’Oncle Pape et de Newstalk, 3 jeunes entreprises françaises, soucieuses de développer leur distribution et avec lesquelles nous avions été amenés à travailler par le passé.

En parallèle, nous faisons le choix de développer la partie artistique et commerciale de la marque tout en réfléchissant à la nouvelle organisation à mettre en place.

 Pop up

Janvier à juin 2016 : L’organisation d’un réseau de distribution multimarques à Paris

En novembre 2015, la Garçonnière voit alors le jour pour la seconde fois, avec l’idée de transformer ce nouveau pop-up en une boutique permanente, véritable temple du lifestyle masculin.

Objectif fixé, l’association se concrétise et la Garçonnière devient une entreprise à part entière, en avril 2016, distribuant plus de 130 marques différentes, dont Monsieur London, au sein d’un local niché au coeur de Paris, dans le prolongement de la rue Montorgueil, à quelques pas du Métro Sentier, sous l’Oasis d’Aboukir.

Les références laissent rêveurs mais cette évolution ne fut pas sans contraintes au niveau de l’organisation de Monsieur London. Au delà des investissements nécessaires à la mise en place du partenariat avec les autres marques fondatrices de la Garçonnière et du déménagement des équipes à Paris, il était nécessaire d’investir des ressources humaines dans le développement de cette nouvelle entreprise, mobilisant très rapidement la quasi totalité du temps de travail disponible de Thibault et Valentin.

Pour faire face à ces évolutions, des partenariats ont été mis en place avec des illustrateurs et des designeurs, pour favoriser la création de nouveaux produits et la commercialisation plus large de l’offre, éléments essentiels pour passer d’une jeune pousse à une véritable marque en développement. Les plus fidèles d’entres vous ont ainsi pu remarquer que de nouvelles pochettes illustrées par RoSaCe, Philippine d’Otreppe, Morgane Guerry ou intégrant des motifs paisley designés par Bertille Goux ont pu faire leur apparition.

Du côté de la gestion du fonctionnement courant, Monsieur London a également fait le choix de s’appuyer sur différents partenariats avec plusieurs entreprises, permettant ainsi à la marque de travailler avec des coûts maîtrisés et de se développer sur une base collaborative, tout en libérant du temps pour que Valentin et Thibault puissent participer activement aux développements spécifiques de la Garçonnière.

 Morgane Guerry        Philippine d'Otreppe

Juillet 2016 à juin 2018 : La création et la stabilisation d’un modèle à long terme

Armé d’un point de vente à Paris, d’un site internet et de nouvelles collaborations artistiques et opérationnelles favorisant l’agilité de l’organisation, Monsieur London venait de franchir le cap fatidique des 3 ans. Place à la fête, aux 4 ans de la marque et… à la reprise à 0 de l’offre proposée et du fonctionnement opérationnel.

Le plus dur restait en effet à venir : Adapter l’offre et le fonctionnement à ce nouveau modèle à long terme, garantir la rentabilité à court terme sur le marché français, sans pour autant renier la qualité ou faire exploser les prix de ventes. 

Toute une affaire qui a nécessité plusieurs heures de création d’une nouvelle offre concurrentielle, de recherches de nouveaux fournisseurs complémentaires, de travail sur les marges et les process internes, de création de visuels et d’outils de communication, de réorganisation de l’équipe et des tâches dans un seul et unique but : conserver le meilleur rapport qualité/prix du marché et garantir une offre qui soit commercialisable auprès des principaux distributeurs, sans renier les valeurs fondatrices de la marque, basées sur l’éthique de production et la rentabilité raisonnée.

Pour ce faire, nous nous sommes concentrés, dans un premier temps, sur une offre de cravates et de pochettes, vendue en propre sur le site internet et à la Garçonnière, avant d’imaginer de nouveaux produits et d’apprendre à travailler avec des points de ventes complémentaires. Cette décision nous a permis d’approfondir ces collections et de renforcer la qualité de nos créations, tout en développant, de façon contrôlée, la commercialisation de nos produits et les stocks nécessaires.

En bref, vous pouvez retrouver, actuellement, des cravates, des boutons de manchettes et des pochettes de costumes Monsieur London à Paris, Bordeaux, Ajaccio, Nice, Marseille et, bientôt, dans de nombreux autres points de ventes physiques en France et en Europe. Des améliorations sur les ventes online sont également prévues dans les prochains mois, aussi bien au niveau du site internet Monsieur London que de notre présence sur d’autres réseaux digitaux de distribution.

Dans le futur, un effort sera, plus globalement, consacré à de nouveaux échanges avec les usagers, à la reprise de l’almanach et à la création de nouveaux produits et de nouvelles collections. 

De nombreuses surprises au niveau de la Garçonnière sont également à prévoir, notamment avec un déménagement du sentier vers le marais. Vous pouvez trouver plus d'informations sur le projet ici.

L’image contient peut-être : plein air

Nous vous tiendrons au courant des futures avancées, dans l’attente de se rencontrer près de chez vous, venez faire un tour sur notre site internet www.monsieurlondon.com et suivez nous sur Facebook, Instagram ou Twitter.

Nous restons à votre disposition sur [email protected] pour toutes vos questions, suggestions ou envies...

Amitiés sartoriales et entrepreneuriales

Bertrand Malatray

 

Vous aimerez peut être aussi:

Roosevelt

La Garçonnière revient    Retour dans le cyber           L'entreprenariat science             à Paris                          espace                              inexacte

Suivez-nous